jeudi 30 mars 2017

De profundis (Du fond de l'abîme)

Ce chant est une autre paraphrase du psaume De profundis, faite par le chanoine Blineau (la précédente était de l'abbé Lefort). On y décrit les plaintes du pécheur qui, gémissant du fond de l'abîme où ses péchés l'ont plongé, lance un cri déchirant à son Seigneur, le priant de ne point lui tenir un compte rigoureux de ses fautes, nul ne pouvant être trouvé sans reproches à ses yeux si purs; mais lui rappelant qu'il a bien voulu, en considération de notre faiblesse, promettre son pardon à tout pécheur qui reviendrait vers lui d'un cœur contrit, il espère ainsi avec assurance en sa clémence et en sa miséricorde. Se confiant donc toujours en lui à toute heure du jour comme de la nuit, il attend l'heureux moment où, espère-t-il, son âme ira rejoindre son Sauveur dans la patrie céleste.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à l'orgue électrique rock)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Du fond de l'abîme, Seigneur,
Vers vous je crie !
Ne rejetez pas le pécheur
Qui vous supplie.

1
Ecoutez ma voix, ô mon Dieu,
Prêtez l'oreille à ma prière.
Si de nos péchés trop nombreux
Vous tenez un compte sévère,
Qui pourra soutenir les feux
De votre divine colère ?

2
Et pourtant je crois au pardon
De votre cœur plein de tendresse.
Vous êtes, Seigneur, juste et bon,
Vous savez quelle est ma faiblesse !
Mon âme invoque votre nom,
Votre secours, votre promesse.

3
Que de l'aube jusqu'à la nuit,
En vous, Seigneur, je me confie :
Car si votre main me conduit,
Je verrai la sainte Patrie
Quand vers vous mon âme aura fui,
O miséricorde infinie !

dimanche 26 mars 2017

De profundis (De l'océan de honte)

Confus et honteux à la vue de la multitude de ses péchés, empoigné par une vive douleur, le pauvre pécheur adresse à son Sauveur un appel suppliant pour qu'il le tire de son lamentable état. Considérant donc qu'aucune de ses iniquités n'est cachée aux yeux de son Juge souverain, il le prie de n'avoir égard qu'à sa bonté paternelle et non aux rigueurs de sa justice. Espérant ainsi de lui miséricorde et pardon, il retrouve la paix de l'âme, et maudissant à jamais le péché qui fut la source de son malheur, il béni son Rédempteur qui seul a pu le sauver de son naufrage par le sacrifice qu'il fit de sa propre vie.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare électrique avec effet de distorsion)




Paroles du cantique :

 

1
De l'océan de honte
Où mon cœur est plongé,
Vers vous, ô Seigneur, monte
L'appel du naufragé.
Et cette voix qui clame
Sa douleur, son effroi,
C'est la voix de mon âme :
Seigneur, écoutez-moi.

2
En vous, point de refuge
Pour nos iniquités.
Qui soutiendra, grand Juge,
Vos regards irrités ?
Mais vous êtes, bon Maître,
Et douceur et pardon :
Votre enfant peut-il être,
Seigneur, dans l'abandon ?

3
J'espère dès l'aurore
En ce pardon divin.
Au soir, j'espère encore :
J'espère ainsi sans fin.
Que votre cœur accorde
A mon cœur aujourd'hui,
Et sa miséricorde
Et son puissant appui.

4
Toute grâce et clémence
Vient de vous, Roi du Ciel ;
Pardonnez son offense
A l'enfant criminel.
Péché, qui fut mon crime,
Sois maudit par mon cœur ;
Si l'homme est ta victime,
Il a son Rédempteur !

mardi 21 mars 2017

Cri de douleur du pécheur (Vous qui voyez)

Dans ce chant, le pécheur supplie avec larmes son Seigneur d'être touché de sa douleur et de suspendre les effets de sa juste colère, Lui seul pouvant le sauver et le libérer de ses péchés. Avouant donc combien il a été coupable en désobéissant si souvent et pour des riens à sa loi, attendri à la pensée d'avoir ainsi causé tant d'afflictions à son divin cœur, il s'offre en victime d'expiation, préférant mourir que de recommencer à pécher de nouveau.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à l'harmonica)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Vous qui voyez couler mes larmes,
Jésus calmez votre courroux,
Soyez touché de mes alarmes,
Je n'ai d'espoir, Seigneur, qu'en vous.

1
Pour un plaisir si peu durable,
J'ai fait pleurer un Dieu si bon !
Je suis ingrat, je suis coupable,
Oh ! par pitié, mon Dieu, pardon !

2
Je ne veux point cacher mon crime,
Vous me voyez à vos genoux :
C'est pour m'offrir comme victime ;
Mais suspendez, Seigneur, vos coups.

3
Pourrai-je bien pécher encore
Et transgresser vos saintes lois ?
Non, c'en est fait, Dieu que j'adore,
Plutôt mourir, oui, mille fois.

mardi 14 mars 2017

Attende Domine (Ne rejette pas tes enfants)

Le chanoine Blineau a ici adapté en français le texte de l'Attende Domine, hymne latin de la quadragésime. Nous y supplions Dieu de ne pas nous rejeter, nous ses enfants coupables, mais de nous pardonner, eu égard à la douleur qui nous oppresse, à sa miséricorde sans bornes, au repentir qui, jaillissant du plus profond de notre cœur, nous porte à un humble aveu de toutes nos iniquités, enfin au sacrifice sublime que son Fils fit jadis de sa vie sur la croix pour le rachat de nos crimes.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au piano)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Ne rejette pas tes enfants, Dieu bon !
Accorde-leur ton saint pardon.

1
Vers Toi, puissant Roi, Rédempteur du monde,
Nous levons nos yeux que les pleurs inondent :
Christ, à nos soupirs, que ton cœur réponde.

2
Nous prions, Seigneur, ta Majesté sainte :
Indulgent et doux, reçois notre plainte ;
Bien que criminels, nous serons sans crainte.

3
Nous reconnaissons notre tort immense :
Qu'avec notre aveu, ton pardon commence ;
A l'humilité donne ta clémence.

4
Notre cœur brisé condamne et regrette
Son iniquité publique ou secrète :
Que ton tendre amour encor nous rachète !

5
N'est-ce pas pour nous, Rédempteur sublime,
Que ta volonté t'a rendu victime,
Innocent Agneau, payant notre crime ?

mercredi 8 mars 2017

Ingratitude du pécheur (Aux bienfaits d'un Sauveur)

Quelle est grande l'ingratitude que nous manifestons envers notre Sauveur lorsque nous l'offensons par nos péchés! En se révoltant ainsi contre lui, nous blasphémons en quelque sorte contre sa bonté, puisque d'une part nous méprisons tout ce qu'il a fait et souffert par amour pour nous et que d'autre part ayant reçu de lui la vie et tous les autres biens du corps et de l'esprit nous nous en servons pour l'outrager. Et si nous nous obstinons dans le mal, le démon devient maître de notre âme et nous nous exposons à la damnation éternelle. Cependant, même si nous avions le malheur de nous trouver dans ce cas, ne nous désespérons jamais mais prions Dieu d’amollir la dureté de notre cœur; et, touchés de repentir, revenons à lui avec confiance: il nous accueillera alors avec bonté et nous accordera généreusement son pardon.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare nylon pizzicato)




Paroles du cantique :

 

1
Aux bienfaits d'un Sauveur,
Que sans cesse il dispense,
L'homme ingrat et pécheur
Répond par son offense.

REFRAIN :
O Sauveur, Dieu si bon,
Au nom de tes bontés,
Accorde ton pardon
A nos iniquités.

2
Nous qui ne sommes rien,
A qui devons-nous l'être ?
En nous tout appartient
A Dieu, l'aimable Maître.

3
Et l'homme révolté
Contre ce Dieu qui l'aime
Adresse à sa bonté
L'injure du blasphème.

4
Quand le démon plus fort
D'un cœur fait la conquête,
Pour ce cœur c'est la mort,
C'est l'enfer qui s'apprête.

5
Prodigue, dont le cœur
Déjà se désespère,
Déplore ton erreur
Et reviens à ton Père.

mercredi 1 mars 2017

Conversion (Changeons de vie)

Sommes-nous pris dans les chaînes du péché, ou menons-nous une vie trop mondaine? Convertissons-nous alors sans tarder: Dieu lui-même nous y presse, tout prêt qu'il est dans sa bonté à nous offrir son pardon. Mais n'attendons pas, car lassé de notre ingratitude il pourrait bien nous abandonner et nous laisser mourir dans notre péché. Pensons d'ailleurs que notre salut éternel étant la seule chose qui nous soit absolument nécessaire, nous ne devons à aucun prix le laisser passer au-dessous de tout ce qui y ferait obstacle, même s'il s'agirait de nos intérêts les plus chers. Enfin, nos péchés devant être expiés par la pénitence, faisons-la avec joie et par amour sans nous laisser effrayer par ses rigueurs extérieures; ainsi pratiquée elle a des charmes qui la rend plus douce et plus facile.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à l'orgue électrique sans vélocité)




Paroles du cantique :

 

1
Changeons de vie,
Brisons les chaînes du démon ;
Quittons le monde et sa folie,
Dieu veut nous offrir le pardon,
Changeons de vie.

2
Dieu nous l'ordonne,
Ce changement, ce repentir ;
De peur qu'il ne nous abandonne,
Songeons tous à nous convertir,
Dieu nous l'ordonne.

3
Pour trop attendre,
Nous pourrions bien être surpris,
Eh ! pourquoi toujours nous défendre ?
Dans le péché nous serons pris,
Pour trop attendre.

4
La grande affaire
Que celle de notre salut !
C'est là l'unique nécessaire ;
N'ayons donc jamais d'autre but :
La grande affaire !

5
La pénitence
A ses douceurs et ses appas ;
Ceux qui n'y trouvent que souffrance,
Sans doute ne connaissent pas
La pénitence.

6
Homme rebelle
Aux ordres de ton Créateur,
En vain, ton âme criminelle
Cherche ici-bas d'autre douceur,
Homme rebelle.

7
Il faut se rendre
A la voix d'un Dieu si jaloux,
Dès aujourd'hui, sans plus attendre,
Le lendemain n'est pas à nous :
Il faut se rendre.