mercredi 28 juin 2017

Commandements de Dieu (Veux tu le vrai bonheur)

Voulons-nous être heureux sur la terre? Efforçons-nous de plaire en tout à notre Dieu, et pour cela respectons bien tous ses commandements. Voici donc ce que ceux-ci demandent de nous: aimer Dieu parfaitement plus que tout, spécialement par l'adoration et la prière quotidienne; ne jamais blasphémer son saint nom ni même jurer sans vrai nécessité; respecter le repos du dimanche en consacrant toute cette journée au Seigneur; honorer nos parents par l'amour, l'obéissance et le respect filial afin d'attirer sur nous dès cette vie les bénédictions du ciel; ne jamais nous laisser aller à la vengeance ou au meurtre, mais pardonner les offenses reçues; chasser loin de nous toute pensée impure et surtout ne jamais commettre de tels actes; ne point voler notre prochain ni même désirer ses biens mais au contraire lui rendre ceux que nous aurions injustement acquis; enfin, dire toujours sincèrement la vérité en ayant horreur du mensonge. Gardant donc toujours bien fidèlement ces lois, soyons sûrs qu'au terme de notre vie Dieu lui-même sera notre salaire durant l'éternité.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux cors)




Paroles du cantique :

 

1
Couplet introductif :
Veux-tu le vrai bonheur,
Chrétien, sur cette terre ?
Veux-tu plaire au Seigneur ?
Voici ce qu'il faut faire.

REFRAIN 1 :
Oui, tous nous le jurons,
Oui, tous nous le jurons,
Pour Dieu, tous nous vivrons,
Pour lui, tous nous mourrons.

2
1er commandement :
Chéris parfaitement
Un seul Dieu, notre Père,
Fais-lui dévotement
Tous les jours ta prière.

REFRAIN 2 :
Seigneur, nous le jurons !
Ecoute nos serments !
Toujours nous garderons
Tes saints commandements !

3
2ème commandement :
En vain ne jureras
Par Dieu, grandeur suprême ;
Jamais ne prêteras
Tes lèvres au blasphème.
(Refrain 2)

4
3ème commandement :
Dimanche garderas :
C'est un jour de prière ;
A Dieu consacreras
Cette journée entière.
(Refrain 2)

5
4ème commandement :
Pour vivre de longs jours
Heureux sur cette terre,
Rappelle-toi toujours
D'honorer père et mère.
(Refrain 2)

6
5ème commandement :
Quand l'aveugle fureur
Te pousse à la vengeance,
Sache au fond de ton cœur
Etouffer toute offense.
(Refrain 2)

7
6ème et 9ème commandements :
Du vice avec horreur
Evite la souillure,
Interdis à ton cœur
Toute pensée impure.
(Refrain 2)

8
7ème et 10ème commandements :
Biens d'autrui ne prendras :
C'est Dieu qui te l'ordonne ;
Bien mal acquis rendras
Sans jalouser personne.
(Refrain 2)

9
8ème commandement :
Dis bien la vérité,
Crains le faux témoignage ;
Que la sincérité
Sois toujours ton partage.
(Refrain 2)

10
Couplet final :
Qui garde bien ces lois
Aura Dieu pour salaire,
Plus heureux mille fois
Que les mondains sur terre.
(Refrain 1)

dimanche 11 juin 2017

Sainte Trinité (Vers vous la foi m'incline)

Un seul Dieu en trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, éternel et infini dans toutes ses perfections, tel est le mystère auguste de la sainte Trinité, fondement de notre foi chrétienne. Dieu le Père, créateur de l'univers, nous a donné l'existence et tous les autres biens qui sont en nous et autour de nous; Dieu le Fils, en s'incarnant en notre humanité et en nous rachetant par sa mort sur la croix, nous a rendu ses frères et nous a acquit l'héritage du ciel; Dieu le Saint-Esprit, en nous sanctifiant par sa grâce, vient habiter en nos cœurs et y demeurer aussi longtemps que nous lui restons fidèles. Croyant donc fermement à cet insondable mystère, inclinons-nous dans une profonde adoration devant la majesté de cette divine Trinité, et tout en espérant d'elle notre salut, rendons-lui nos hommages d'amour, la louant, la bénissant, et souhaitant enfin qu'elle soit aimée, louée et bénie de tous les hommes.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux violons synthé)




Paroles du cantique :

 

1
Vers vous la foi m'incline,
Profonde Trinité,
Dont la grandeur divine
Remplit l'éternité.

REFRAIN :
Je crois en vous, ô Père,
O Fils, ô Saint-Esprit !
En vous, seul Dieu, j'espère !
Soyez partout béni !

2
Vous êtes, Dieu le Père,
Mon Créateur très bon :
Pas un bien sur la terre
Qui ne soit votre don.

3
O Fils de Dieu fait homme,
Vous êtes mon salut :
Dieu, grâce à vous, me nomme
Parmi son peuple élu.

4
O Saint-Esprit, vous êtes
Mon sanctificateur ;
Pour les célestes fêtes,
Vous préparez mon cœur.

mercredi 7 juin 2017

Oraison Dominicale (Notre Père des cieux)

Le chanoine Blineau développe dans ce chant la prière de l'oraison dominicale. Le refrain d'abord nous fait supplier notre Père céleste de nous garder sur cette terre, nous ses enfants si faibles et sujets à tant de misères. Puis au fil des couplets nous demandons successivement que son Nom sacré soit loué et béni par tous les hommes, que son règne s'étende enfin sur le monde entier en apportant avec lui la vrai paix que Dieu seul peut donner, que tous les mortels, instruits de la vérité, se soumettent à ses saintes volontés, comme les anges et les bienheureux les accomplissent parfaitement au ciel, que chaque jour nous trouvions notre nourriture corporelle mais également celle spirituelle qui est la sainte communion, que nos péchés soient pardonnés par sa clémence de même que nous pardonnons envers tous les offenses reçues, enfin que nous ne nous laissions pas entraîner dans les pièges du démon qui nous tente à tout moment pour nous faire trébucher.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la clarinette)




Paroles du cantique :

 

1
Notre Père des cieux, que votre nom divin
Soit loué par toute la terre !
Que votre règne arrive enfin
Nous apportant la paix, la joie et la lumière !

REFRAIN :
O notre Père,
Des cieux triomphants,
Sur cette terre
Daignez garder vos enfants !

2
Notre Père des cieux, qu'instruits de vos desseins,
Tous les hommes vous obéissent,
Comme les Anges et les Saints,
Soumis à vos désirs, là-haut les accomplissent.

3
Notre Père des cieux, donnez à notre corps,
Chaque jour, le pain qu'il réclame !
A vos amis donnez encor,
Au sacrement d'amour, le pain dont vit leur âme.

4
Notre Père des cieux, daignez nous pardonner,
Comme à tous notre âme pardonne !
Ne nous laissez pas entraîner
Par le démon qui veut ravir notre couronne.

jeudi 25 mai 2017

La ferveur (Goûtez, âmes ferventes)

Le bonheur que goûte une âme bien fervente dans le service de Dieu est inénarrable; il est pour elle sur terre comme l'avant-goût du bonheur des cieux. En veillant bien à ne pas laisser refroidir en elle cette ferveur, elle conserve, alimente et soutient plus aisément par elle toutes les vertus qui font l'ornement du chrétien. Ainsi sa foi devient plus forte et plus agissante, son espérance plus ferme et plus confiante, son amour plus ardent et plus tendre, la douleur de sa contrition plus profonde mais aussi plus douce. Enfin, la ferveur attire sur elle les bénédictions du Seigneur qui se plaît à répandre dès cette vie ses bienfaits et ses dons sur ceux qui le servent avec plus d'ardeur.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux violons avec doublement à l'octave)




Paroles du cantique :

 

1
Goûtez, âmes ferventes,
Goûtez votre bonheur,
Mais demeurez constantes
Dans votre sainte ardeur.

REFRAIN :
Heureux le cœur fidèle,
Où règne la ferveur ;
On possède avec elle
Tous les dons du Seigneur. (bis)

2
Elle est le vrai partage
Et le sceau des élus ;
Elle est l'appui, le gage
Et l'âme des vertus.

3
Par elle, la foi vive
S'allume dans les cœurs,
Et sa lumière active
Guide et règle nos mœurs.

4
Par elle l'espérance
Ranime ses soupirs,
Et croit jouir d'avance
Des célestes plaisirs.

5
Par elle, dans les âmes
S'accroît de jour en jour
L'activité des flammes
Du pur et saint amour.

6
De l'âme pénitente
Elle adoucit les pleurs,
Et de l'âme souffrante
Elle éteint les douleurs.

7
C'est elle qui prépare
Tous ces traits de beauté,
Dont la main de Dieu pare
Les saints dans sa clarté.

mardi 23 mai 2017

Prière du matin, ou hymne Jam lucis (Dès le réveil de la lumière)

Ce cantique est une adaptation française de l'hymne de l'office de prime Jam lucis, réalisée par le chanoine Blineau. Nous y prions Dieu au lever du jour de nous bénir et de nous aider à passer la journée à le bien servir sans l'offenser en rien, et pour cela de garder nos lèvres des mauvaises paroles qui engendrent les discordes, nos yeux des vains attraits qui séduisent et portent au mal, notre chair enfin des plaisirs défendus, afin qu'en mortifiant nos désirs déréglés, nous puissions garder notre cœur pur jusqu'au soir pour y chanter de nouveau un hymne d'actions de grâces à notre Dieu trois fois saint à qui soit toute gloire dans les siècles éternels.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au hautbois)




Paroles du cantique :

 

1
Dès le réveil de la lumière,
Nous accourons vers vous, Seigneur,
Pour vous offrir dans la prière
Les humbles vœux de notre cœur.

REFRAIN :
Père de toute créature,
Nous vous prions de nous bénir,
Pour que notre âme simple et pure
Passe le jour à vous servir !

2
Gardez nos lèvres des paroles
Qui troubleraient la sainte paix !
Et, dans le monde aux biens frivoles,
Gardez nos yeux des vains attraits !

3
Préservez-nous de toute offense !
Que le plaisir nous soit mois cher !
Et qu'une sage pénitence
Dompte l'orgueil de notre chair !

4
Sur notre tâche terminée,
Quand nous verrons tomber le soir,
Pour vos bienfaits de la journée
Nous redirons un chant d'espoir.

5
Gloire à l'Auteur de notre vie,
A Dieu le Père, au Fils de Dieu !
Gloire à l'Esprit qui sanctifie !
Gloire en tout temps comme en tout lieu !

vendredi 19 mai 2017

La prière (Seigneur, la prière)

La prière est un colloque d'amour que l'homme tient chaque jour avec Dieu, et dans lequel il lui parle familièrement avec abandon tel un enfant à son père sans en être jamais repoussé de sa part. C'est aussi pour le chrétien un devoir de reconnaissance par lequel il remercie son Seigneur de tout ce qu'il daigna souffrir pour lui dans sa passion afin de lui gagner le ciel et pour toutes les libéralités que sa bonté lui prodigue à tout moment, malgré les innombrables fautes dont il se rend si souvent coupable envers lui. C'est également par la prière que, déplorant sincèrement ces mêmes fautes du fond du cœur, il en demande humblement l'indulgence et le pardon. Enfin et surtout, c'est par elle qu'il adore son créateur et lui demande avec confiance tout ce dont il a besoin pour son âme comme pour son corps.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la flûte asiatique)




Paroles du cantique :

 

1
Nature de la prière :
Seigneur, la prière est le cri d'amour
Que jette vers vous l'homme, chaque jour :
Jamais à ce cri votre cœur n'est sourd !
L'homme est votre enfant, Père juste et bon :
Souffrez qu'il vous parle avec abandon,
Et de sa prière accueillez le don.

2
Adoration :
O Dieu de puissance et de majesté,
Pour moi, d'un seul mot, vous avez jeté
Le monde et ses lois dans l'immensité.
Quand tout l'univers chante son auteur,
Pourrais-je oublier, pauvre serviteur,
De vous adorer, ô Dieu créateur ?

3
Amour :
O Dieu Rédempteur, vous avez voulu,
Mourant sur la Croix, faire mon salut !
Au ciel j'ai l'espoir d'être votre élu.
J'aurais, fils ingrat, le cœur bien mauvais,
Après vos bontés, si je recevais
Sans un mot d'amour de si grands bienfaits !

4
Contrition :
Souvent j'ai péché, Père, contre vous :
Comment, sans vouloir me mettre à genoux,
De votre justice arrêter les coups ?
Je dois vous redire, en baissant le front,
Que j'ai dans le cœur un regret profond
Pour tous les péchés que les hommes font.

5
Demande :
Seigneur, votre grâce éclaire et soutient :
Comment pourrait-il demeurer chrétien,
Celui dont l'orgueil ne demande rien ?
Je veux, pour sauver mon âme et mon corps,
Prier votre amour d'aider mes efforts,
Et tendre la main vers tous vos trésors.

samedi 6 mai 2017

Bonheur de l'état de grâce (Heureux qui dès son enfance)

Aucun bonheur sur terre ne peut être égalé avec celui d'une âme qui a toujours conservé en elle la grâce divine, sans jamais la perdre par aucun péché grave. Elle vit dans une paix stable, profonde et tranquille, sans jamais être troublée par aucun revers, car son Dieu qui la chérie la guide, la soutient, la ranime et la console dans ses épreuves; et à sa mort, elle s’endort paisiblement pour aller bientôt s'élancer auprès de son bien-aimé dans le ciel. Le pécheur au contraire, malgré tous les plaisirs dont il se distrait, ne peut chasser de lui une secrète angoisse, un trouble et une agitation qui ne sont que le prélude de la mort funeste qu'il se prépare en s'obstinant dans le mal, tandis qu'en se convertissant, il goûterait à nouveau le bonheur inestimable d'une conscience pure, libérée de l’esclavage du péché et redevenue l'amie de Dieu.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie sur un quartet de violons)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Heureux qui dès son enfance,
Soumis aux lois du Seigneur,
N'a pas avec l'innocence
Perdu la paix de son cœur ! (bis)

1
Chéri de celui qu'il adore,
Son bonheur le suit en tout lieu :
Que peut-il désirer encore,
Quand il est l'ami de son Dieu ? (bis)

2
En vain au plaisir éphémère
Le pécheur demande la paix :
Il y trouve l'angoisse amère...
Et le ciel s'enfuit pour jamais. (bis)

3
Au jour de l'épreuve cruelle,
Quand sur l'âme plane la nuit,
Dieu se montre au chrétien fidèle,
Et la grâce en paix le conduit.

4
La mort, au pécheur si terrible,
Pour le juste n'est qu'un sommeil.
Dieu l'appelle, il s'endort paisible...
Le bonheur l'attend au réveil. (bis)

mardi 25 avril 2017

Les gloires du chrétien (Je suis chrétien)

Rien de plus glorieux pour nous que le titre de chrétien dont nous fûmes marqués à notre baptême; ayant en effet été lavés à cet instant de la souillure originelle, nous y devînmes enfants de Dieu, temples du Saint-Esprit, frères de Jésus-Christ et membres de son Église. Notre devoir est donc de veiller à bien conserver la grâce que nous reçûmes alors en évitant tout péché, à accroître cette grâce jour après jour en aimant toujours davantage notre grand Dieu qui ne dédaigne pas de venir ainsi habiter dans notre pauvre cœur, à croire fermement en Lui ainsi qu'à toutes les vérités de notre foi, à nous soumettre docilement aux décisions de la sainte Église catholique et à l'aimer comme notre mère, à marcher à la conquête du ciel en portant notre croix comme notre divin Maître et en pratiquant toutes les vertus, à prier sans se lasser en tout temps et spécialement dans les tentations, à espérer sans crainte dans les secours divins dont nous avons besoin, et enfin à garder constamment les yeux fixés vers notre patrie que le saint baptême nous a ouvert et où Dieu nous attend pour nous couronner auprès de lui.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la trompette)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Je suis chrétien ! voilà ma gloire,
Mon espérance et mon soutien,
Mon chant d'amour et de victoire :
Je suis chrétien, je suis chrétien !

1
Je suis chrétien ! le saint baptême
Lava mon âme, y mit la foi,
Me fit enfant de Dieu lui-même :
Sa grâce vit et règne en moi !

2
Je suis chrétien ! j'ai Dieu pour Père ;
Je veux l'aimer et le servir ;
En Lui je crois, en Lui j'espère,
Pour Lui je dois vivre et mourir.

3
Je suis chrétien ! je suis le frère
Du Christ-Jésus, mon Rédempteur ;
Le suivre en tout, jusqu'au Calvaire,
C'est mon devoir, c'est mon honneur.

4
Je suis chrétien : je suis le temple
Du Saint-Esprit, le Dieu d'amour.
Le ciel l'adore et le contemple...
Le cœur qui l'aime est son séjour.

5
Je suis chrétien : la sainte grâce
De foi, d'amour remplit mon cœur ;
La grâce au ciel me rend ma place :
J'y veux marcher d'un pas vainqueur.

6
Je suis chrétien : ô sainte Eglise,
Je veux rester votre humble enfant ;
Mon âme en tout vous est soumise :
On n'est chrétien qu'en vous aimant.

7
Je suis chrétien : j'attends, je prie,
Je reste ferme en mes combats,
Les yeux fixés sur ma patrie,
Où le Très-Haut me tend les bras.

samedi 15 avril 2017

Miserere (Ayez pitié de moi, mon Dieu)

Paraphrasant ici le psaume Miserere de manière plus littérale que dans le chant précédent, le chanoine Blineau (également auteur de nombreux autres cantiques dans le recueil utilisé) nous dépeint les lamentations du pécheur qui, tourmenté par les remords continuels de sa conscience lui rappelant sans cesse ses fautes, se tourne vers Dieu, le priant d'avoir pitié de lui, pauvre créature si aisément entraînée au mal depuis le moment où elle fut conçue dans le péché, et ainsi de lui faire miséricorde en le purifiant de ses souillures et en transformant son cœur pécheur en un cœur nouveau, pur de toute tache. Il le prie également de l'éclairer dans ses épaisses ténèbres par sa lumière bienfaisante pour qu'il comprenne quel grand mal c'est de l'offenser, et le supplie enfin de ne pas rejeter ses sacrifices expiatoires, mais de les accepter unis aux mérites des tourments de son divin Fils, afin qu'ils soient par là rendus agréables à ses yeux.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au marimba)




Paroles du cantique :

 

1
Ayez pitié de moi, mon Dieu,
Dans votre miséricorde infinie !
Car si j'ai péché, mon âme est punie :
Le remords du mal me suit en tout lieu !
Ayez pitié de moi, mon Dieu !
Miserere.

2
Ayez pitié de moi, Seigneur !
Du démon vous connaissez la puissance :
Il vient me tenter depuis ma naissance ;
Malgré moi, je cours vers un faux bonheur !
Ayez pitié de moi, Seigneur !
Miserere.

3
Ayez pitié de moi, Dieu bon !
Ne dédaignez pas mon humble prière !
Venez m'éclairer de votre lumière,
Et d'un cœur nouveau faites-moi le don !
Ayez pitié de moi, Dieu bon !
Miserere.

4
Ayez pitié de moi, Jésus !
Puisque Dieu rejette mes sacrifices,
Daignez les unir à tous vos supplices,
Et par votre Père ils seront reçus !
Ayez pitié de moi, Jésus !
Miserere.

mardi 11 avril 2017

Miserere (Ayez pitié de moi)

Abattu sous le poids de ses péchés, le cœur profondément contrit et humilié, le malheureux pécheur vient demander à Dieu de bien vouloir le prendre en pitié, lui, si faible et si chancelant, si facilement porté au mal, dont les séductions du monde, les tentations du diable et la concupiscence le poussent comme malgré lui vers l'iniquité; il le pie donc de lui obtenir grâce et rémission de ses fautes en considération d'une part de sa bonté infinie qui le fait comme un bon père se réjouir dès qu'un de ses enfants égarés reviens vers lui en implorant humblement son pardon, et d'autre part de la mort très cruelle de son divin Fils qui nous a mérité par sa vertu infinie le salut éternel.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare électrique avec étouffement des cordes)




Paroles du cantique :

 

1
Ayez pitié de moi qui ne suis qu'un pécheur,
Je vous demande grâce, ô Seigneur !
Je sais que l'humble cœur n'est jamais repoussé,
Contrit de vous avoir offensé ;
Que vous ouvrez les bras au prodigue à genoux
Qui vous dit : "J'ai péché, mon Père, contre vous !"
Ayez pitié de moi qui ne suis qu'un pécheur,
Je vous demande grâce, ô Seigneur !

2
Ayez pitié de moi dont le cœur malheureux
Est lourd de mes péchés trop nombreux.
Vous m'aviez tout donné, biens de l'âme et du corps :
Comment n'aurais-je pas de remords ?
C'est de vos dons bénis qu'abusant chaque jour,
Ingrat, j'ai méprisé votre admirable amour.
Ayez pitié de moi dont le cœur malheureux
Est lourd de mes péchés trop nombreux.

3
Ayez pitié de moi qui suis faible et tenté :
Rendez à votre enfant sa beauté !
Vous voyez que le monde et ses tristes plaisirs
Eveillent malgré moi mes désirs,
Que le démon voulant m'entraîner dans sa nuit
Remplit mon cœur de vaine joie ou bien d'ennui.
Ayez pitié de moi qui suis faible et tenté :
Rendez à votre enfant sa beauté !

4
Ayez pitié de moi qui reviens pénitent
A vous dont la bonté m'aime tant !
En mourant sur la croix votre Fils a voulu
Offrir à tous les cœurs le salut :
Un seul pécheur qui veut demander son pardon
Fait tressaillir le ciel où vous régnez, Dieu bon !
Ayez pitié de moi qui reviens pénitent
A vous dont la bonté m'aime tant !

jeudi 6 avril 2017

Appel au pécheur (Reviens, pécheur)

Sans jamais se lasser de nos résistances, le Seigneur nous invite sans cesse à venir vers lui et à nous convertir, nous éclairant par les lumières de sa grâce et nous attirant par les attraits de son amour. C'est ainsi qu'il nous offre généreusement son pardon si nous nous repentons, et qu'il nous promet amoureusement de nous soulager dans les maux et les peines qui nous accablent et nous oppressent. Et ne croyons pas que la multitude de nos péchés dépasse la mesure de sa miséricorde: rien en effet ne peut mettre obstacle à la vertu infinie de sa passion, si ce n'est notre mauvais vouloir ou notre défaut de confiance en sa bonté sans bornes.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare électrique)




Paroles du cantique :

 

1
Reviens, pécheur : le Dieu Sauveur t'appelle !
Viens sans tarder te mettre sous sa loi ;
Car trop longtemps ton âme fut rebelle :
Reviens à lui, puisqu'il revient à toi.

2
Vois Jésus-Christ mourant sur le Calvaire :
Le sang d'un Dieu ne coule pas en vain !
Il t'a gagné la grâce qui t'éclaire :
Ouvre ton cœur à son rayon divin !

3
Oh ! ne dis pas : "Comment pourrais-je croire
Qu'à mes péchés Dieu donne le pardon ?"
Laisse à Judas ce cri blasphématoire :
A pardonner Dieu montre qu'il est bon.

4
Entends, pécheur, l'appel de sa tendresse :
"Vous qui pleurez, venez, venez à moi !
J'allégerai le poids qui vous oppresse !"
Ces mots d'amour, Jésus les dit pour toi.

5
O Dieu Sauveur, pitié pour la misère
Du pauvre cœur, coupable mais contrit !
Du haut des cieux tendez vos bras de Père
A votre enfant qui vous revient guéri !

dimanche 2 avril 2017

Retour à Dieu du pécheur (Vous m'appelez)

Appelé par Dieu lui-même qui lui tend amicalement les bras, l'homme pécheur revient enfin à lui, le cœur bien affligé et endolori d'avoir si souvent déplu à ce bon Maître, son créateur et son bienfaiteur de qui il doit tout ce qu'il a, et qui l'a aimé d'un tel excès qu'il versa pour lui jusqu'à la dernière goutte de son sang sur la croix. Se jetant donc dans son Cœur Sacré, source de pardon, de miséricorde et de vie, il y trouve la régénération de son âme et la force pour résister et vaincre le démon qui dans sa rage cherche sans relâche à le faire succomber de nouveau.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la boîte à musique avec clochettes)




Paroles du cantique :

 

1
Vous m'appelez, mon Dieu, mon Père,
Je sais combien vous êtes bon ;
Je viens à vous dans ma misère
Pour implorer votre pardon.

REFRAIN :
Ah ! J'ai péché contre Dieu même,
J'ai méprisé mon Créateur :
Pardon, pardon, bonté suprême,
J'en ai regret de tout mon cœur !

2
Comblé par vous de biens sans nombre,
Tout ce que j'ai, je vous le dois :
Et je vous ai trahi dans l'ombre,
Comme Judas fit autrefois !

3
Mais aujourd'hui mon cœur regrette
De vous avoir tant offensé ;
Pardonnez-lui, puisqu'il se jette
Dans votre Cœur qu'il a blessé !

4
N'êtes-vous pas mort au Calvaire
Pour les pécheurs, vous l'Innocent ?
Ne soyez plus pour moi sévère,
Et lavez-moi dans votre sang !

5
Si vous m'aidez, mon âme espère
Vaincre Satan, son ennemi :
Pardonnez-moi, mon Dieu, mon Père,
Et que je reste votre ami.

jeudi 30 mars 2017

De profundis (Du fond de l'abîme)

Ce chant est une autre paraphrase du psaume De profundis, faite par le chanoine Blineau (la précédente était de l'abbé Lefort). On y décrit les plaintes du pécheur qui, gémissant du fond de l'abîme où ses péchés l'ont plongé, lance un cri déchirant à son Seigneur, le priant de ne point lui tenir un compte rigoureux de ses fautes, nul ne pouvant être trouvé sans reproches à ses yeux si purs; mais lui rappelant qu'il a bien voulu, en considération de notre faiblesse, promettre son pardon à tout pécheur qui reviendrait vers lui d'un cœur contrit, il espère ainsi avec assurance en sa clémence et en sa miséricorde. Se confiant donc toujours en lui à toute heure du jour comme de la nuit, il attend l'heureux moment où, espère-t-il, son âme ira rejoindre son Sauveur dans la patrie céleste.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à l'orgue électrique rock)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Du fond de l'abîme, Seigneur,
Vers vous je crie !
Ne rejetez pas le pécheur
Qui vous supplie.

1
Ecoutez ma voix, ô mon Dieu,
Prêtez l'oreille à ma prière.
Si de nos péchés trop nombreux
Vous tenez un compte sévère,
Qui pourra soutenir les feux
De votre divine colère ?

2
Et pourtant je crois au pardon
De votre cœur plein de tendresse.
Vous êtes, Seigneur, juste et bon,
Vous savez quelle est ma faiblesse !
Mon âme invoque votre nom,
Votre secours, votre promesse.

3
Que de l'aube jusqu'à la nuit,
En vous, Seigneur, je me confie :
Car si votre main me conduit,
Je verrai la sainte Patrie
Quand vers vous mon âme aura fui,
O miséricorde infinie !

dimanche 26 mars 2017

De profundis (De l'océan de honte)

Confus et honteux à la vue de la multitude de ses péchés, empoigné par une vive douleur, le pauvre pécheur adresse à son Sauveur un appel suppliant pour qu'il le tire de son lamentable état. Considérant donc qu'aucune de ses iniquités n'est cachée aux yeux de son Juge souverain, il le prie de n'avoir égard qu'à sa bonté paternelle et non aux rigueurs de sa justice. Espérant ainsi de lui miséricorde et pardon, il retrouve la paix de l'âme, et maudissant à jamais le péché qui fut la source de son malheur, il béni son Rédempteur qui seul a pu le sauver de son naufrage par le sacrifice qu'il fit de sa propre vie.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare électrique avec effet de distorsion)




Paroles du cantique :

 

1
De l'océan de honte
Où mon cœur est plongé,
Vers vous, ô Seigneur, monte
L'appel du naufragé.
Et cette voix qui clame
Sa douleur, son effroi,
C'est la voix de mon âme :
Seigneur, écoutez-moi.

2
En vous, point de refuge
Pour nos iniquités.
Qui soutiendra, grand Juge,
Vos regards irrités ?
Mais vous êtes, bon Maître,
Et douceur et pardon :
Votre enfant peut-il être,
Seigneur, dans l'abandon ?

3
J'espère dès l'aurore
En ce pardon divin.
Au soir, j'espère encore :
J'espère ainsi sans fin.
Que votre cœur accorde
A mon cœur aujourd'hui,
Et sa miséricorde
Et son puissant appui.

4
Toute grâce et clémence
Vient de vous, Roi du Ciel ;
Pardonnez son offense
A l'enfant criminel.
Péché, qui fut mon crime,
Sois maudit par mon cœur ;
Si l'homme est ta victime,
Il a son Rédempteur !

mardi 21 mars 2017

Cri de douleur du pécheur (Vous qui voyez)

Dans ce chant, le pécheur supplie avec larmes son Seigneur d'être touché de sa douleur et de suspendre les effets de sa juste colère, Lui seul pouvant le sauver et le libérer de ses péchés. Avouant donc combien il a été coupable en désobéissant si souvent et pour des riens à sa loi, attendri à la pensée d'avoir ainsi causé tant d'afflictions à son divin cœur, il s'offre en victime d'expiation, préférant mourir que de recommencer à pécher de nouveau.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à l'harmonica)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Vous qui voyez couler mes larmes,
Jésus calmez votre courroux,
Soyez touché de mes alarmes,
Je n'ai d'espoir, Seigneur, qu'en vous.

1
Pour un plaisir si peu durable,
J'ai fait pleurer un Dieu si bon !
Je suis ingrat, je suis coupable,
Oh ! par pitié, mon Dieu, pardon !

2
Je ne veux point cacher mon crime,
Vous me voyez à vos genoux :
C'est pour m'offrir comme victime ;
Mais suspendez, Seigneur, vos coups.

3
Pourrai-je bien pécher encore
Et transgresser vos saintes lois ?
Non, c'en est fait, Dieu que j'adore,
Plutôt mourir, oui, mille fois.

mardi 14 mars 2017

Attende Domine (Ne rejette pas tes enfants)

Le chanoine Blineau a ici adapté en français le texte de l'Attende Domine, hymne latin de la quadragésime. Nous y supplions Dieu de ne pas nous rejeter, nous ses enfants coupables, mais de nous pardonner, eu égard à la douleur qui nous oppresse, à sa miséricorde sans bornes, au repentir qui, jaillissant du plus profond de notre cœur, nous porte à un humble aveu de toutes nos iniquités, enfin au sacrifice sublime que son Fils fit jadis de sa vie sur la croix pour le rachat de nos crimes.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au piano)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Ne rejette pas tes enfants, Dieu bon !
Accorde-leur ton saint pardon.

1
Vers Toi, puissant Roi, Rédempteur du monde,
Nous levons nos yeux que les pleurs inondent :
Christ, à nos soupirs, que ton cœur réponde.

2
Nous prions, Seigneur, ta Majesté sainte :
Indulgent et doux, reçois notre plainte ;
Bien que criminels, nous serons sans crainte.

3
Nous reconnaissons notre tort immense :
Qu'avec notre aveu, ton pardon commence ;
A l'humilité donne ta clémence.

4
Notre cœur brisé condamne et regrette
Son iniquité publique ou secrète :
Que ton tendre amour encor nous rachète !

5
N'est-ce pas pour nous, Rédempteur sublime,
Que ta volonté t'a rendu victime,
Innocent Agneau, payant notre crime ?

mercredi 8 mars 2017

Ingratitude du pécheur (Aux bienfaits d'un Sauveur)

Quelle est grande l'ingratitude que nous manifestons envers notre Sauveur lorsque nous l'offensons par nos péchés! En se révoltant ainsi contre lui, nous blasphémons en quelque sorte contre sa bonté, puisque d'une part nous méprisons tout ce qu'il a fait et souffert par amour pour nous et que d'autre part ayant reçu de lui la vie et tous les autres biens du corps et de l'esprit nous nous en servons pour l'outrager. Et si nous nous obstinons dans le mal, le démon devient maître de notre âme et nous nous exposons à la damnation éternelle. Cependant, même si nous avions le malheur de nous trouver dans ce cas, ne nous désespérons jamais mais prions Dieu d’amollir la dureté de notre cœur; et, touchés de repentir, revenons à lui avec confiance: il nous accueillera alors avec bonté et nous accordera généreusement son pardon.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare nylon pizzicato)




Paroles du cantique :

 

1
Aux bienfaits d'un Sauveur,
Que sans cesse il dispense,
L'homme ingrat et pécheur
Répond par son offense.

REFRAIN :
O Sauveur, Dieu si bon,
Au nom de tes bontés,
Accorde ton pardon
A nos iniquités.

2
Nous qui ne sommes rien,
A qui devons-nous l'être ?
En nous tout appartient
A Dieu, l'aimable Maître.

3
Et l'homme révolté
Contre ce Dieu qui l'aime
Adresse à sa bonté
L'injure du blasphème.

4
Quand le démon plus fort
D'un cœur fait la conquête,
Pour ce cœur c'est la mort,
C'est l'enfer qui s'apprête.

5
Prodigue, dont le cœur
Déjà se désespère,
Déplore ton erreur
Et reviens à ton Père.

mercredi 1 mars 2017

Conversion (Changeons de vie)

Sommes-nous pris dans les chaînes du péché, ou menons-nous une vie trop mondaine? Convertissons-nous alors sans tarder: Dieu lui-même nous y presse, tout prêt qu'il est dans sa bonté à nous offrir son pardon. Mais n'attendons pas, car lassé de notre ingratitude il pourrait bien nous abandonner et nous laisser mourir dans notre péché. Pensons d'ailleurs que notre salut éternel étant la seule chose qui nous soit absolument nécessaire, nous ne devons à aucun prix le laisser passer au-dessous de tout ce qui y ferait obstacle, même s'il s'agirait de nos intérêts les plus chers. Enfin, nos péchés devant être expiés par la pénitence, faisons-la avec joie et par amour sans nous laisser effrayer par ses rigueurs extérieures; ainsi pratiquée elle a des charmes qui la rend plus douce et plus facile.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à l'orgue électrique sans vélocité)




Paroles du cantique :

 

1
Changeons de vie,
Brisons les chaînes du démon ;
Quittons le monde et sa folie,
Dieu veut nous offrir le pardon,
Changeons de vie.

2
Dieu nous l'ordonne,
Ce changement, ce repentir ;
De peur qu'il ne nous abandonne,
Songeons tous à nous convertir,
Dieu nous l'ordonne.

3
Pour trop attendre,
Nous pourrions bien être surpris,
Eh ! pourquoi toujours nous défendre ?
Dans le péché nous serons pris,
Pour trop attendre.

4
La grande affaire
Que celle de notre salut !
C'est là l'unique nécessaire ;
N'ayons donc jamais d'autre but :
La grande affaire !

5
La pénitence
A ses douceurs et ses appas ;
Ceux qui n'y trouvent que souffrance,
Sans doute ne connaissent pas
La pénitence.

6
Homme rebelle
Aux ordres de ton Créateur,
En vain, ton âme criminelle
Cherche ici-bas d'autre douceur,
Homme rebelle.

7
Il faut se rendre
A la voix d'un Dieu si jaloux,
Dès aujourd'hui, sans plus attendre,
Le lendemain n'est pas à nous :
Il faut se rendre.

mardi 21 février 2017

Contrition (Mon doux Jésus)

C'est avec de vifs sentiments de contrition et de douleur que nous supplions dans ce chant notre doux Sauveur de nous pardonner nos péchés par la vertu de sa passion et de sa mort, protestant ne plus vouloir aimer que lui. Étant donc charmés par cet amour divin et fortifiés par la grâce d'en-haut, nous lui promettons de respecter désormais sa sainte loi avec une fidélité sans faille. Enfin, nous espérons persévérer ainsi dans cette voie jusqu'à la mort, considérant que le péché ne pourrait venir pénétrer durablement dans notre cœur s'il est bien rempli de cet amour qui, en le consumant, le fait nous oublier nous-mêmes pour ne vivre que de Dieu et pour Dieu.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au vibraphone)




Paroles du cantique :

 

1
Mon doux Jésus, enfin voici le temps
De pardonner aux hommes pénitents :
Nos cœurs contrits ne veulent plus
Que votre loi suprême,
Nos cœurs contrits ne veulent plus
Que vous aimer vous-même,
O doux Jésus.

2
Dans votre amour, Seigneur, pardonnez-nous :
Tous, à vos pieds, nous sommes à genoux :
Par la vertu de votre mort
Et votre grâce sainte,
Par la vertu de votre mort
Que notre cœur sans crainte
Soit pur et fort.

3
Vous qui sondez les plis cachés du cœur,
Ah ! vous voyez quelle est notre douleur :
Que votre amour, ô Dieu si bon,
Reprenne en nous sa place ;
Que votre amour, ô Dieu si bon,
Nous donne enfin la grâce
Du saint pardon.

4
Non, non, jamais la tache du péché
Ne peut flétrir un cœur par vous touché :
Jusqu'au combat du dernier jour,
O Dieu plein de clémence,
Jusqu'au combat du dernier jour
Soyez notre espérance,
Et notre amour.

lundi 13 février 2017

Ouverture de carême, missions, retraite... (La divine miséricorde)

Comme l'indique le titre du cantique, celui-ci convient aux diverses occasions où nous sommes sollicités à faire un retour sur notre vie en nous préparant à une bonne confession. Pour cela nous prions Dieu de nous accorder tous les secours qui nous seront nécessaires pour bien profiter de ces moments de grâce où sa miséricorde se fait plus proche de nous; puis nous examinons minutieusement notre conscience en recherchant tous les péchés dont nous pouvons nous souvenir avec leur degré de malice et jusqu'à leur nombre; ensuite, pour nous exciter à la contrition, nous songeons aux tourments éternels que ces péchés nous ont fait mériter, à ce qu'ils ont faits souffrir à notre divin Sauveur en son amère passion, aux bienfaits que Dieu nous a prodigués durant notre existence et à sa longanimité qui l'a fait nous attendre jusqu'à aujourd'hui pour nous offrir son pardon moyennant notre repentir; enfin, gagné par une vive douleur, nous le supplions très humblement de nous l'accorder dans sa bonté de Père, nous promettant de ne plus jamais l'offenser à l'avenir.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la guitare électrique avec distorsion et harmoniques)




Paroles du cantique :

 

1
La divine miséricorde
Pendant ces jours va s'offrir à nos cœurs :
Prions Dieu pour qu'il nous accorde
Tous les secours qui nous rendront vainqueurs.

REFRAIN :
Vos enfants, ô Dieu, notre Père,
Savent combien vous êtes bon :
Pleins d'espoir, malgré leur misère,
Ils implorent votre pardon ! (bis)

2
Jetez vos clartés dans cette ombre
Où trop souvent nous gardons nos péchés :
Dites leur malice et leur nombre
Au fol orgueil qui les tenait cachés.

3
Pour que le remords nous oppresse
Ouvrez nos yeux aux tourments des enfers,
Aux bienfaits de votre tendresse,
A tous les maux que vous avez soufferts.

4
Vos enfants prodigues regrettent
De vous avoir offensé tant de fois :
C'est à vos genoux qu'ils se jettent ;
Père, entendez leur suppliante voix.

dimanche 29 janvier 2017

Plaintes des âmes du purgatoire (Au fond des brûlants abîmes)

Prions pour les âmes du purgatoire! C'est l'important message qui revient comme un refrain au centre de chaque couplet de ce cantique. Ce dernier nous montre ces pauvres âmes prisonnières au fond de leur cachot, gémissant dans d'horribles souffrances, consumées par un feu dévorant, privées surtout de la jouissance du seul objet de leur amour, le Dieu très bon qu'elles ont eu le malheur d'offenser par leurs fautes, expiant ainsi ces dernières sans pouvoir aucunement en atténuer ou abréger la peine par elle-mêmes. Ce sont donc de ferventes prières et de généreux sacrifices offerts au divin crucifié et à sa sainte mère qu'elles réclament de nous afin de les soulager et de hâter leur délivrance.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie à la cornemuse)




Paroles du cantique :

 

1
Au fond des brûlants abîmes,
Loin de Dieu nous gémissons !
Pour la peine de nos crimes,
Que de larmes nous versons !
Priez pour nous !
Pour sauver tant de victimes,
Frères, tombez à genoux !

2
La rigueur de nos supplices
Doit, chrétiens, vous émouvoir !
A nos maux soyez propices,
Répondez à notre espoir :
Priez pour nous !
Que vos pleurs, vos sacrifices,
De Dieu calment le courroux !

3
De ces flammes dévorantes
Vous pouvez nous arracher.
Hâtez-vous, âmes ferventes,
Dieu se laissera toucher :
Priez pour nous !
Adressez-vous, suppliantes,
A Jésus percé de clous !

4
Vos prières et vos larmes,
Offrez-les au Dieu très bon !
Elles sont les saintes armes
Qui l'inclinent au pardon :
Priez pour nous !
Dans nos maux, dans nos alarmes,
Nous ne pouvons rien sans vous !

5
Soyez-nous aussi propice,
Sainte Mère du Sauveur !
Vous pouvez de sa justice
Arrêter le bras vengeur :
Priez pour nous !
Pour que notre exil finisse,
Ouvrez-nous le ciel si doux !

mercredi 18 janvier 2017

Le ciel (Le Ciel en est le prix)

Nous arrive-t-il de perdre courage ou sommes-nous accablés par les adversités de la vie? Hésitons-nous à faire tel sacrifice, à renoncer à tel divertissement frivole ou à nous soumettre à tel point de la loi de Dieu? Avons-nous des répugnances à endurer telle injure sans murmurer, etc, etc? Songeons alors au ciel, à la gloire qui sera le prix de chaque victoire remportée sur nous-mêmes, et alors, résignés et même heureux de souffrir ainsi en union avec Jésus crucifié, nous attendrons en paix l'heureux moment de notre entrée au ciel qui marquera la fin de nos maux et le commencement de notre repos éternel.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie au piano électrique Rhodes)




Paroles du cantique :

 

1
Le Ciel en est le prix !
Que ces mots sont sublimes !
Des plus belles maximes
Voilà tout le précis !

REFRAIN :
Le Ciel en est le prix ! (bis)

2
Le Ciel en est le prix !
Mon âme, prends courage,
Ah ! si, dans l'esclavage,
Ici-bas tu gémis.

3
Le Ciel en est le prix !
Amusement frivole,
De grand cœur je t'immole
Aux pieds du crucifix.

4
Le Ciel en est le prix !
La loi demande-t-elle,
Fût-ce une bagatelle,
N'importe, j'obéis.

5
Le Ciel en est le prix !
Rends pour moi ce service,
Fais-moi ce sacrifice...
Dieu parle, je souscris.

6
Le Ciel en est le prix !
Endurons cette injure :
L'amour-propre en murmure,
Mais soudain je me dis :

7
Le Ciel en est le prix !
Dans l'éternel empire,
Qu'il sera doux de dire :
Tous mes maux sont finis.

jeudi 12 janvier 2017

Le ciel (Quand nous fuirons)

Dans le refrain de ce chant nous supplions Dieu de nous accueillir en son Royaume éternel dès que nous aurons quitté cette vie. Les couplets rappellent ensuite qu'au ciel tout ce que l'on a enduré sur la terre ne paraîtra rien au regard de l'immensité du bonheur qui en sera le prix, que ce bonheur loin de décroitre semblera toujours nouveau, qu'alors notre connaissance de Dieu et de toutes choses sera si parfaite qu'elle ne laissera plus subsister la plus petite erreur ou le moindre doute, que là-haut nous retrouverons beaucoup de nos parents et amis que nous pleurions dans ce monde, avec la certitude de n'en être jamais plus séparés, qu'enfin notre corps ressuscitant après le jugement dernier jouira de la beauté de Dieu pendant les siècles éternels.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux violons lents)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
Quand nous fuirons les peines de la terre,
Accueillez-nous, ô Roi divin,
Dans votre Ciel dont nul chagrin n'altère
Le bonheur et la paix sans fin. (bis)

1
A vos saints, pour qui l'ère est close
Des douleurs, des deuils, des combats,
Comme ils paraissent peu de chose,
Les maux que l'on souffre ici-bas.

2
Votre gloire qui se révèle
Environne les bienheureux,
D'une splendeur toujours nouvelle :
Le vrai n'a plus d'ombre pour eux.

3
Chaque élu revoit, pleins de vie,
Les chers morts qu'il a tant pleurés :
Ceux que là-haut Dieu glorifie
Jamais ne seront séparés.

4
De la tombe, quand viendra l'heure,
Notre corps aussi doit monter
Vivre avec vous dans la demeure
De votre éternelle beauté.

lundi 2 janvier 2017

Le ciel (Je crois au Paradis)

Jésus nous ayant promis le paradis si nous lui restons toujours fidèles, nous devons espérer fermement y parvenir après notre vie, moyennant le secours de sa grâce et notre correspondance à ce secours. Quand nous aurons le bonheur d'entrer dans ce merveilleux séjour, nous verrons de nos propres yeux l'éclat et la majesté de Dieu, la splendeur de son Fils Jésus-Christ, de Marie, des anges et des saints; nous jouirons avec eux de délices inexprimables et d'une paix inaltérable, sans le moindre mélange de tout ce qui nous chagrine et nous fait souffrir ici-bas; mais surtout nous serons alors envahis par l'amour divin à tel point que nous oubliant totalement nous-mêmes, nous nous perdrons en Dieu dans une extase éternelle, bénissant sans fin notre Sauveur de nous avoir ainsi donné part à sa gloire par les mérites infinis de sa passion et de sa mort.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux voix)




Paroles du cantique :

 

Les deux derniers vers de chaque couplet sont répétés.
Par ailleurs, le premier couplet peut également servir de refrain.

1
Je crois au Paradis,
Jésus nous l'a promis ;
J'espère aller un jour
Au glorieux séjour.

2
Quand s'ouvriront mes yeux
A la clarté des cieux,
Je verrai la splendeur
De Dieu, mon Créateur.

3
Je verrai la beauté
Du Christ ressuscité,
La Mère de Jésus,
Les Anges, les Elus.

4
Les larmes d'ici-bas,
Les peines, les combats
Ne troubleront jamais
Mon éternelle paix !

5
C'est Dieu, l'immense bien,
Auquel ne manque rien,
Qui remplira mon cœur
De son amour vainqueur.

6
Louange au Cœur sacré,
Qui nous a préparé
Ce grand bonheur sans fin,
Sans ombre ni déclin !