lundi 7 novembre 2016

Vanité du monde (De la terre où tout passe)

Les plaisirs et les honneurs que le monde nous présente ne sont en réalité que des songes qui tôt ou tard s'évanouissent, laissant le cœur vide sans jamais le satisfaire; c'est pourquoi, loin de nous y fonder, nous ne devons nous attacher qu'à Dieu seul, l'unique bien véritable et toujours durable, vers lequel nous devons toujours aspirer du fond de notre exil terrestre.

Cantique chanté intégralement avec partition vocale affichée :

 




Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 

- Version 1 (orgue seul) 



- Version 2 (orgue + mélodie aux cuivres synthé)




Paroles du cantique :

 

REFRAIN :
De la terre où tout passe,
Plaisir et vanité,
Seigneur, mon âme lasse
Aspire au seul bonheur de ton éternité.

1
Le monde en vain berce de songes
Le cœur qui croit vivre de lui ;
Honneurs, plaisirs : brillants mensonges,
Soleils d'un jour avant la nuit.

2
Tout bien terrestre est périssable.
Qui veut vers lui tendre la main,
Bâtit sur l'onde et sur le sable
Un faux bonheur tombé demain.

3
Le monde au cœur toujours funeste,
Le creuse au lieu de le combler.
Dieu seul est bon et Dieu seul reste,
Et c'est à Lui qu'il faut aller.